Les secrets slow de l’illustratrice Cécile Hudrisier

Classé dans : PORTRAITS | 1

A l’occasion de la sortie du dernier Slow bag 4 saisons (en édition limitée) disponible dans la boutique La Slow Life, Cécile Hudrisier son illustratrice nous en dit plus sur son mode de vie slow.

Quelle est ton histoire avec le dessin ?

J’ai toujours aimé dessiner, découper, fabriquer des trucs… depuis la maternelle, je voulais être « dessinateuse professionnelle » ! C’est pendant ma maîtrise d’arts plastiques en 1998 que j’ai écrit et illustré mon premier projet d’album jeunesse, »Gégé et les moutons ». Je l’ai proposé à 3 maisons d’édition et c’est Didier Jeunesse qui m’a dit oui, et l’a édité en 2000. En même temps, je suis allée démarcher Milan Presse et j’ai travaillé en tant que « bricoleuse » et « illustratrice » sur pas mal de magazines.

Comment abordes-tu le travail d’illustration d’un livre ?

Je suis surtout illustratrice jeunesse, donc, l’histoire est très importante. Si dès la première lecture, elle m’évoque plein d’images, si je visualise tout de suite les personnages, leurs expressions et attitudes, je fonce ! En général, en fonction du style de l’histoire, je « sens » quelle technique est la plus adaptée : collages, infographie ou aquarelle.

Quand je travaille pour des livres pour adultes (comme l’almanach Mon année Slow) c’est un peu différent. Avec le directeur artistique, nous étions d’accord sur le fait que j’allais l’illustrer à l’aquarelle. C’est une technique plus expressive, et dans laquelle je me sens à l’aise et qui s’adaptait parfaitement à l’esprit slow.

T’inspires-tu régulièrement de la nature ?

Oui, clairement !! J’adore observer mes deux pruniers à travers les fenêtres de mon atelier. Les saisons qui passent sont une grande source d’inspiration : admirer les bourgeons, surveiller le nid des merles, ramasser les prunes, regarder ma cour se remplir de feuilles jaunes, accrocher des boules de graisse pour les mésanges, attendre le retour du rouge-gorge…

Tu apprécies particulièrement la technique de l’aquarelle… As-tu une préférence pour certains tons et couleurs ?

Je crois que j’aime toutes les couleurs… et surtout les couleurs indéfinissables, les jaunes-vert, les gris-bleutés, les pourpre-orangé… et l’intérêt de l’aquarelle, c’est de pouvoir laisser les couleurs se mélanger entre elles, et d’en découvrir de nouvelles à chaque fois !

Quand tu dessines, as-tu l’impression de te trouver dans une forme de méditation ?

J’aime être dans ma bulle de silence quand je dessine. J’adore écouter le crayon sur le papier, le pinceau glisser sur la feuille, ou le bruit de la lame des ciseaux…ça me détend et ça m’absorbe. J’aime cet état de concentration où je suis à 100% dans « ce que je fais ».

Comment est-ce que le dessin fait-il partie de ta vie ?

J’admire et j’envie ces illustrateurs qui ne sortent jamais sans leur carnet, mais je n’ai jamais fonctionné comme ça ! J’ai essayé, mais c’était un peu « forcé », alors, j’ai arrêté. Je crois que c’est parce que j’ai toujours dessiné dans ma chambre ou dans mon atelier, à l’abri des regards, du bruit. Quand je sors, j’ai les yeux grand ouverts, j’aime observer les p’tits détails qui m’entourent, mais je ne ressens pas le besoin de les noter sur le papier immédiatement. Je préfère attendre d’être de retour dans ma bulle, avec le confort de ma table et tous mes outils et petits papiers à disposition pour dessiner. J’aime dessiner tous les jours, mais lorsque je suis en vacances, je peux très bien m’en passer ! Par contre, j’emporte toujours un appareil photo.

 

Quel est ou quels sont tes moments slow par excellence ?

Comme je l’évoquais au sujet de mes pruniers, je suis très contemplative ! J’aime observer la nature, que ce soit, juste par la fenêtre, ou pendant de grandes randonnées…Même en ville, je prends le temps de me poser, de regarder les jolies portes et les balcons, le ciel qui change de couleurs, les gens qui passent…

J’adore aussi bricoler et recycler : c’est une grande fierté que de ramasser un objet dans la rue, de passer du temps à le poncer, repeindre et de lui donner une seconde vie !

Illustration 1 : croquis de Cécile Hudrisier pour la création du Slow bag 4 saisons.

Illustration 2 : le Slow bag 4 saisons à retrouver dans la boutique La Slow Life.

Le blog de Cécile Hudrisier : Les chosettes. 

One Response

  1. Delmas Elisabeth

    Heureuse de lire ce que tu as bien voulu nous dévoiler de toi.
    Certains caractères ne m’étonnent pas du tout.

    A plus sur « Les chosettes »

Laissez un commentaire