Introduction à la Communication Non Violente

Classé dans : S'INSPIRER | 0

Que ce soit dans nos relations personnelles ou professionnelles, notre façon de communiquer a une influence directe sur les liens que nous entretenons avec notre entourage et aussi sur notre bien-être. Pour améliorer votre qualité de vie et vous apaiser intérieurement, découvrez les principes de la Communication Non Violente par cet article d’introduction. Une nouvelle piste vers la slow life !

La Communication Non Violente, c’est quoi ?

En prenant conscience de l’impact de notre façon de communiquer sur les différents aspects de notre vie, le psychologue Marshall B.Rosenberg a développé le processus de Communication Non Violente. Il a clairement identifié les formes de langages et d’interaction qui invitent la bienveillance en tous sens. Il s’agit d’une façon d’être en relation qui, par un langage qui valorise le cœur au ressentiment, améliore la qualité de nos relations tout en renforçant l’estime de soi. Aussi, une communication respectueuse de soi et de l’autre est un prérequis indispensable pour renforcer les liens et améliorer la qualité de ses relations au quotidien. Une piste nouvelle en route vers un mode de vie pleinement épanouissant qu’est la slow life.

Les 3 formes de communication improductives

Dans son livre La Communication Non Violente au quotidien (éditions Jouvence), Marshall B.Rosenberg fait la lumière sur 3 formes de communication qui coupent de la vie :
La critique « impliquant que l’autre a tort ou qu’il est mauvais ».
Le déni de responsabilité qui « contient des termes qui nient que l’on a le choix ».
L’exigence qui « implicitement ou explicitement, fait planer sur celui auquel elle s’adresse la menace d’un blâme ou d’une punition au cas où il n’obtempèrerait pas ».

Cultiver le langage de la bienveillance

La Communication Non Violente nous invite ainsi à entretenir des relations saines et bienveillantes plutôt qu’à gaspiller inutilement notre temps en relations conflictuelles. Apprendre à gérer ces situations tendues nous fait ainsi gagner du temps et dope notre potentiel positif. Et pour entretenir des relations sereines avec les autres, il faut d’abord entretenir une bonne relation avec soi-même.

Pour mettre en pratique la Communication Non Violente, il convient avant tout de se relier à soi. Marshall B.Rosenberg propose d’exprimer ce qui se passe en soi de façon à inspirer la bienveillance (les phrases entre guillemets sont directement extraites du livre de Marshall B.Rosenberg). Pour cela, 3 étapes-clés :

1) Faire une observation précise

Il s’agit là de faire une observation précise de ce qui augmente ou diminue notre bien-être en évitant d’y mêler des évaluations et jugements. « Quand le comportement des autres nous déplaît et que nous désirons les influencer pour qu’ils le modifient, ou que nous approuvons leur comportement et désirons leur faire part de notre appréciation, je crois que nous avons intérêt à énoncer clairement ce à quoi nous réagissons sans y mêler aucune évaluation. »
Exemple d’évaluation et d’observation pour éviter les confusions : “Evaluation : Tu es toujours occupé. / Observation : Ça fait deux mois que tu ne m’as pas appelé.”

Les personnes qui ont lu cet article se sont aussi intéressées à :  Mon année Slow : votre almanach perpétuel !

2) Exprimer nos sentiments

Pour verbaliser ce que nous ressentons et établir un rapport de confiance et de sécurité.

3) Exprimer nos besoins

Il s’agit de verbaliser les besoins qui engendrent nos sentiments. Exemple de corrélation bien établie entre un sentiment et un besoin : « Lorsque je trouve l’évier plein de vaisselle sale, je me sens agacé parce que j’ai besoin d’ordre et de propreté autour de moi. »

Pour mettre en pratique la Communication Non Violente, il convient aussi de se relier à l’autre. Marshall B.Rosenberg propose d’accueillir ce qui se passe chez les autres : « L’empathie exige de donner toute notre attention au message de l’autre et de lui accorder le temps et l’espace dont il a besoin pour s’exprimer totalement et se sentir compris. » Il s’agit là de prendre en considération ce qu’autrui demande, de vraiment comprendre son ressenti.

La Communication Non Violente jour après jour

Pour conclure cet article d’introduction à la Communication Non Violente :
« Quand nous réussissons à entretenir la fluidité de communication – en exprimant sincèrement ce qui se passe en nous et ce que nous aimerions, ainsi qu’en écoutant les autres et ce qu’ils aimeraient de manière empathique –, j’ai constaté que nous pouvons goûter plus pleinement à la magie de la bienveillance. » Marshall B. Rosenberg

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *