Et si on cuisinait le coing !

Classé dans : CUISINE, PARTAGER | 0

Ne laissons pas ce délicieux fruit dans son coin et remettons-le au goût du jour ! Gelée, confiture, pâte, chutney… le coing se plaît en cuisine.

L’automne est la période de récolte des coings. Fruit du cognassier, le coing se consomme cuit en raison de son âpreté lorsqu’il est cru. Son parfum réveille nos souvenirs d’enfance relatifs à la fameuse pâte de coings. Un brin coriace à découper, sa peau duveteuse contraste avec sa fermeté. Riche en pectine, il est idéal pour les gelées, confitures et pâtes de fruits. On peut aussi en faire des compotes, des tartes, des chutneys, des gâteaux, des crumbles mais aussi le cuisiner en tajine ou encore en poêlée avec des légumes.

Comme poires et pommes, le coing s’oxyde rapidement lorsqu’on l’épluche. Aussi, quand on le prépare, un filet de jus de citron est bien utile. Deux recettes sucrées à conserver dans un coin de sa tête :

coingsConfiture de coings

Pour 1kg de coings, on compte 700g de sucre. Pour couper un coing en toute sécurité, on peut le poser sur un torchon pour l’adhérence et avec un grand couteau, délicatement mais avec force, le partager en deux en son centre. Puis on enlève sa peau avec un bon économe. On coupe ensuite les coings en quartiers en prenant bien sûr soin d’éviter le trognon dur au centre. On dépose le kilo de chair de coings dans une marmite. On recouvre d’eau à niveau et on laisse cuire à feu moyen jusqu’à ce que les morceaux s’attendrissent. On ajoute le sucre, on remue bien et on continue la cuisson à feu modéré pendant environ 45 minutes jusqu’à ce que le sirop épaississe.

Les personnes qui ont lu cet article se sont aussi intéressées à :  10 idées pour un Noël slow !

Pâte de coings

Même principe que pour la confiture pour la préparation des quartiers de coings. On les fait cuire couverts d’eau, ensuite on les mixe finement. On pèse sa purée de coings et on y mélange la même quantité de sucre. On fait cuire à feu moyen en remuant régulièrement puis constamment en fin de cuisson jusqu’à ce que le mélange “prenne”, qu’il se décolle des bords de la marmite. On compte environ 1h. En fin de cuisson, on protège ses mains en remuant pour éviter les éclaboussures du mélange. On étale sa pâte de coings sur une hauteur d’environ 3 cm et on la fait sécher quelques jours dans un endroit frais et bien ventilé en la tournant régulièrement. Une douceur idéale pour les fêtes.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *