Gérer les mangeurs de temps

Classé dans : BIEN-ÊTRE | 0

Un mangeur de temps peut être une activité, une attitude ou encore une habitude qui nous fait perdre notre précieux temps… Un voleur de minutes (d’heures, de journées !) qui parfois n’apporte pas grand-chose et grignote des plages de temps qui pourraient être dédiées à nos priorités. Dans la recherche d’une meilleure gestion du temps, ces grignoteurs sont à démasquer, et, pour certains, tout bonnement à neutraliser !

Prendre du recul

Pour neutraliser les mangeurs de temps, encore faut-il les débusquer… C’est la première démarche à entreprendre. Pour appui, il existe une classification de 30 points parmi les plus chronophages élaborée dans les années 1970 par le chercheur américain Alec Mackenzie. Cette liste comprend des mangeurs de temps externes dont les réseaux sociaux, la gestion des mails, les files d’attente, la surconsommation, les réunions non préparées. Et des mangeurs de temps internes dont les priorités et les objectifs confus et changeants, le perfectionnisme, la tendance à en faire trop, le manque d’ordre, la difficulté à déléguer.

Un temps de prise de recul et de repérage est nécessaire pour voir quelle place occupe dans votre vie chacun des mangeurs de temps mis en lumière. Un temps d’introspection nécessaire car chacun d’entre nous vit avec ses propres grignoteurs de minutes à intensité variable (plus ou moins pesant au quotidien) en fonction de sa personnalité mais aussi de son environnement.

Revenir à l’essentiel

Une fois démasqués, vos voleurs de temps n’auront qu’à bien se tenir ! En apprenant à les gérer (ou à les chasser), vous allez, tout naturellement, gagner du temps et ainsi vous concentrer sur ce qui compte vraiment pour vous, revenir à l’essentiel, dédier plus de temps à vos réelles priorités. Une façon de retrouver du souffle, de véritables espaces de respiration à valoriser pour améliorer votre qualité de vie. Car, oui, dans la plupart de nos activités quotidiennes, nous avons du pouvoir sur notre temps, nous pouvons décider de l’employer de telle ou telle façon, de le dédier à telle ou telle action. Il ne s’agit bien sûr pas là de se culpabiliser, la gestion du temps n’est pas une mince affaire, mais bien de prendre conscience de son libre-arbitre sur la question.

Les personnes qui ont lu cet article se sont aussi intéressées à :  Un regard serein sur votre année 2016 !

En pratique

Défendre son temps, sélectionner ses activités, se méfier des « fausses urgences », repérer les « fausses obligations », apprendre à prioriser font partie des pistes à explorer pour parvenir à vous dégager du temps et à privilégier un temps de qualité par exemple en prenant un café avec un ami en toute sérénité, et non en calant ce rendez-vous entre deux autres. En pratique, pour gérer le mangeur de temps externes « les réseaux sociaux », une des actions possibles peut par exemple consister au réveil à attendre au moins une heure pour allumer son smartphone (si nécessaire, achetez-vous un réveil pour éviter d’utiliser votre portable dans cette intention).

Chasser les mangeurs de temps, le livre

Résumé : Vous avez l’impression de passer vos journées à courir après le temps… à tel point qu’À la recherche du temps perdu pourrait devenir le titre de votre propre vie ?
Détecter quels sont vos voleurs de minutes pour ensuite mieux les neutraliser, c’est la mission que vous propose ce livre. Mais qui sont ces fameux « mangeurs de temps » ?
Et où se cachent-ils ? Il existe une classification des 30 activités les plus chronophages, dont font partie les réseaux sociaux mais aussi le manque d’ordre, les priorités et objectifs confus ou encore le perfectionnisme. Par des clés concrètes, des astuces et exercices pratiques, vous apprendrez à remettre à l’honneur vos priorités pour retrouver de précieux instants et revenir à l’essentiel dans votre vie personnelle et professionnelle.

Découvrez le livre : Chasser les mangeurs de temps, Cindy Chapelle, éditions Jouvence, 2021.

Partager l'article :
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.