5 qualités à renforcer pour être plus slow

Classé dans : S'INSPIRER | 1

Et si le fait de renforcer quelques-unes de nos qualités intrinsèques permettait d’être plus slow au quotidien ? C’est ce que je vous propose d’expérimenter à travers 5 qualités essentielles en lien direct avec la slow life. Car parfois il suffit de peu pour être plus en cohérence avec soi-même et avec son mode de vie.

La patience

Dans un monde où tout s’accélère, nous ne savons clairement plus attendre. L’attente à laisser place à l’action souvent frénétique et à l’impatience. C’est en tout premier lieu LA qualité à cultiver pour être plus slow. Attendre avec calme, toute une aptitude à développer pour ne pas s’énerver inutilement et s’adapter le plus sereinement possible face à des difficultés. La patience est une clé pour intégrer la slow life dans votre quotidien. Chaque chose en son temps est un proverbe qui la définit bien. Elle invite notamment à ne plus être systématiquement impatient(e) dans l’attente d’une réponse ou encore face à une pulsion d’achat.

Comment cultiver cette vertu ?

La patience s’apprend. Il faut donc du temps et un certain entraînement pour l’apprivoiser. Une première étape consiste à prendre conscience des moments où vous perdez patience. C’est déjà un exercice en soi que de repérer ces instants-là. Puis en fonction du contexte, plusieurs pistes sont envisageables : prendre du recul, respirer profondément (lors des devoirs avec son enfant), se modérer (face à un achat compulsif), détourner son attention de l’attente en se reliant à son souffle, en écoutant son corps (face à une file d’attente). La patience est une forme de maîtrise de soi.

La bienveillance

Être bienveillant envers soi-même pour commencer. Car dans le rythme effréné du quotidien, on pousse facilement la machine à bout, à vouloir tout gérer, être parfait(e) et irréprochable en tout… D’une part on nourrit un stress prégnant mais en plus on se culpabilise facilement lorsque l’on ne parvient pas à faire tout ce que l’on avait prévu de faire dans une journée. Il est grand temps de sortir de cette spirale infernale et d’exprimer bien plus de bienveillance envers vous-même. Une piste intéressante est celle du discours intérieur positif : valorisez-vous régulièrement. De même, cultivez la bienveillance envers autrui notamment en faisant preuve d’empathie, en évitant de critiquer et de porter des jugements hâtifs ou encore en faisant preuve de gratitude.

Comment cultiver cette vertu ?

Pour cultiver la bienveillance envers vous-mêmes célébrer quotidiennement vos petites et plus grandes actions. Vous venez de conclure un dossier difficile ? Plutôt que d’enchaîner sur le suivant, offrez-vous une boisson chaude à savourer durant une pause bénéfique.

L’autonomie

Dans la notion d’autonomie se cache la notion d’indépendance. Ne pas systématiquement “s’en remettre à”, “être assisté par”… Vous souhaitez améliorer votre confort au bureau ? Certains gros aménagements nécessitent une demande expresse en interne, mais vous pouvez très bien vous passer d’autorisations, de demandes et d’attentes inutiles lorsqu’il s’agit de votre bien-être personnel et vous acheter vous-même un coussin d’assise à mémoire de forme par exemple. Il s’agit là de ne pas rester dans des constats et frustrations mais bien d’agir en toute autonomie.
Se cache aussi derrière cette notion d’autonomie, l’idée de liberté. La slow life invite au lâcher prise mais dans cette idée d’autonomie il est important voire essentiel de prendre certaines choses en main.

Les personnes qui ont lu cet article se sont aussi intéressées à :  Des paniers paysans livrés près de chez vous

Comment cultiver cette vertu ?

Cuisiner ses repas en fait partie. Bien sûr il ne s’agit pas là d’une discipline de fer visant à ne plus commander de pizzas à emporter mais bien à modérer sa consommation de plats préparés pour choisir avec soin ses aliments, prendre plaisir à faire soi-même et savourer des plats maison. L’autonomie va avec la liberté de choix et d’action.

L’optimisme

Cultiver la philosophie du verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, tout un art ! Car la slow life est une philosophie de vie heureuse en accord avec ses valeurs profondes. Renforcer son optimisme commence ainsi par là : croire en ses valeurs, croire en un mode de vie plus serein, croire en un plus grand épanouissement personnel en trouvant son rythme idéal. L’optimisme, ce n’est pas voir tout le temps la vie en rose mais bien être conscient et heureux de ce que l’on a et tendre vers de beaux “lents-demains”.

Comment cultiver cette vertu ?

L’exercice du “modèle” est intéressant pour ouvrir le champ des possibles et éclaircir l’horizon. Une personne de votre entourage est particulièrement positive et optimiste ? Dans une situation où vous perdez pied, où vous ne voyez que le côté négatif, imaginez comment cette personne réagirait à votre place…

Le respect

Une valeur fondamentale souvent bafouée au profit de la vitesse, de l’urgence permanente. Aller observer la nature dans un parc en ville à la pause-déjeuner, une forme de respect envers l’environnement. Ecouter (vraiment) autrui lors d’une conversation plutôt que de jeter un œil à son téléphone, une forme de respect envers les autres. S’accorder une pause bien-être pour respirer profondément et dénouer ses tensions, une forme de respect envers soi-même. En matière de slow life, la notion de respect va de paire avec le “prendre soin”. Le fait de prendre soin de soi, des autres et de l’environnement réveille une certaine douceur, une certaine sérénité propre à cet art de vivre.

Comment cultiver cette vertu ?

En faveur du respect l’environnement, de nombreux gestes écologiques sont à portée de main : sélectionner des aliments bio et de saison, limiter les emballages, trier ses déchets, consommer moins (et cultiver le minimalisme), privilégier la qualité à la quantité, penser ses déplacements motorisés et bien d’autres.

Voyez-vous d’autres qualités à cultiver pour être plus slow ?

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

  1. Adrien Vaysset

    Super article Cindy 😉
    Pour l’optimisme, je dirais qu’il s’agit d’apprécier ce qu’on a aujourd’hui, comme tu l’as dit, plutôt que d’être focalisé sur ce qu’on n’a pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *