Ralentir le rythme dans sa vie professionnelle

Classé dans : TRAVAIL | 2

Ralentir le rythme dans sa vie professionnelle permet de revenir à l’essentiel, d’être plus zen et, contrairement à ce que l’on pourrait penser, d’être plus efficace et productif ! Cet article est un article-invité écrit par Adrien Vaysset du site Technique Emploi. Il commence par raconter son parcours et vous partage des méthodes pour cultiver le slow business.

Un déclic

Dans une autre vie professionnelle, j’ai été ingénieur d’affaires au sein d’une start-up en pleine croissance. Je me suis ainsi retrouvé à travailler entre 70 et 75 heures par semaine. Clairement, je n’avais plus le temps de vivre, je courrais dans tous les sens et je négligeais ma santé physique et mentale. J’ai perdu plusieurs kilos, j’étais stressé, je dormais mal et je ne trouvais plus le temps de manger sainement, de faire du sport, ni de me consacrer à l’essentiel. J’ai littéralement implosé au bout de quelques mois et j’ai quitté ce travail. Le pire dans tout cela c’est que la plupart de mes confrères sont restés quelques mois ou un an tout au plus dans cette société… Je n’ai donc pas été le seul à ne pas supporter ce rythme insoutenable.

Des questions à se poser

Est-ce nécessaire de faire de telles journées, de travailler autant ? Ne faudrait-il pas voir le travail comme un marathon et non comme un sprint ? Pourquoi ne pas miser sur une stratégie où l’on va moins travailler en une journée mais privilégier l’aspect long terme en conservant intacte sa santé mentale et physique ?

Personnellement cette expérience m’a fait comprendre ce qui était essentiel pour moi et que je ne souhaitais pas le négliger, même pour un travail très intéressant. Poursuivre dans cette voie de la fast life (car tous les domaines de ma vie se sont, proportionnellement à mon travail, retrouvés accélérés) n’aurait fait que me frustrer.

Dans un premier temps, je vais vous présenter certaines méthodes de productivité que j’utilise, pour la plupart. Ces techniques permettent de mieux gérer son temps et, malgré une grande quantité de travail à fournir, de consacrer la majorité de son énergie à ce qui est essentiel pour soi. En tout cas, l’idée est de vous permettre de trouver un équilibre qui vous convienne entre les aspects professionnels et personnels de votre vie. Ceci est le premier élément important pour cultiver le Slow Business : mettre de l’ordre et s’organiser !
Ensuite, travaillez sur vous et intégrez le développement personnel dans votre vie. Cela consiste ici à trouver des astuces, des rituels, des habitudes pour adopter un état d’esprit « Zen et serein ». Cela constituera la seconde partie de cet article.

Améliorer sa productivité

Ici, comme je l’ai précisé, il s’agit d’arrêter de considérer « le temps passé à travailler » comme un indicateur de réussite. A la place, privilégier l’efficacité ou l’art de se concentrer sur les bonnes tâches, au bon moment, avec le bon niveau d’énergie, pour une productivité maximale.

1) Décliner le principe de Pareto à l’ensemble de son environnement professionnel

Comment aborder cette thématique sans parler du principe de Pareto ?! Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, en voici un résumé : 20% des actions amènent 80% des résultats. Cela revient à dire que 20% des résultats sont amenés par 80% des actions. Deux situations se présentent alors à nous :
– Nous travaillons sans compter nos heures, sans réfléchir aux potentiels effets de levier que pourraient avoir nos actions. Il y a alors une forte probabilité que notre énergie soit utilisée pour se consacrer aux 80% des actions qui amènent seulement 20% des résultats. Avec un peu de chance, nous pouvons aussi (involontairement) nous pencher sur les 20 % d’actions bénéfiques qui amènent 80% des résultats. Nous allons ainsi travailler de manière acharnée, pendant de nombreuses heures, en espérant que notre dur labeur ait été efficace.
– Nous identifions les actions et méthodes qui fonctionnement le mieux pour notre travail et pour nous et nous y consacrons entre 90 et 100% de notre temps de travail. Ainsi, toutes les heures passées ont été rentables et il y a fort à parier que pour un résultat identique entre les deux situations, le temps passé ici soit considérablement inférieur à celui de la première.

A votre avis, quelle situation a le plus de chance de nous amener aux résultats escomptés sans sacrifier le temps que nous souhaitons consacrer aux autres aspects de notre vie ? Prenons un exemple concret. Si vous êtes à la recherche d’un emploi, je vous suggère vivement de tester plusieurs méthodologies. Envoyez des candidatures spontanées, répondez à des offres d’emplois ou encore développez et exploitez votre réseau professionnel. Au bout d’un certain temps (2 mois par exemple), analysez les résultats obtenus :
– Quelle méthode vous a permis de décrocher le plus d’entretien d’embauche ?
– Quelle méthode vous a demandé le plus de temps ?

Même si je suis persuadé que le réseau est la meilleure alternative en terme de recherche d’emploi (notamment pour les cadres), cela peut ne pas convenir à tous le monde. L’important est que vous arriviez à des résultats. Peut-être que votre aisance rédactionnelle est supérieure à votre aisance sociale et que vous avez plus d’impact (et donc de résultats) en rédigeant des mails de motivation accrocheurs qu’en rencontrant des professionnels. Focalisez donc la majeure partie de votre énergie sur cette méthode-là.

Si vous avez besoin d’avoir l’estomac plein pour travailler, prenez un bon petit déjeuner avant de partir de chez vous, quitte à vous lever plus tôt ! Couchez-vous également plus tôt afin de dormir suffisamment pour avoir le niveau d’énergie requis pour accomplir toutes les tâches prévues. Certes, être productif demande de l’organisation mais au final c’est une énergie que vous utilisez afin d’être plus efficace dans votre travail et vous dégager ainsi du temps pour vous, ce que nous recherchons ici. Identifiez donc « les dimensions » (cadre spatial, cadre temporel, travail sur vous, tâches en amont et en aval…) à appliquer à votre cadre de travail pour maximiser le pic de productivité et ainsi faire en sorte que celui-ci amène 80% des résultats. Bien entendu, certains d’entre vous sont peut-être confrontés à la culture du présentéisme des entreprises françaises ou l’art de la stupide question : « Tu pars déjà ? ». Ainsi, il peut parfois être difficile d’adapter ses horaires, cela dépend de la culture d’entreprise.

Si on vous demande de faire A dans votre travail et que vous rendez un A+, même si vous ne faites pas beaucoup d’heures, votre direction sera forcée de reconnaître votre efficacité. Ce que je vous suggère de faire si vous optez pour le principe de Pareto dans votre travail et souhaitez faire moins d’heures pour plus de productivité (ce que je vous recommande), mettez clairement en avant la valeur ajoutée que vous apportez à l’entreprise en travaillant ainsi ! Par exemple, faites concrètement valoir en réunion, que vous avez obtenu les résultats escomptés et même un petit plus. L’approche doit être subtile, vous devez « suggérer » et non « vous mettre excessivement en avant ». Pour cela, ne dites pas « je », ne faites pas de jugement de valeur sur ce que vous avez fait (ne dites pas si c’est bien ou c’est mal), soyez simplement factuel en présentant que les objectifs qui vous ont été imputés sont atteints. Si votre cadre de travail vous le permet, utilisez aussi le management visuel qui consiste à afficher l’avancée des tâches pour faciliter le suivi.

2) Casser le rythme

Ici ce que j’entends par « casser le rythme » c’est tout simplement le fait de vous écouter lorsque vous n’êtes plus productif et procéder à une action pour vous remettre sur les bons rails. En premier lieu, cela peut se manifester par le changement du cadre de travail. En effet, si vous vous apercevez que vous n’êtes plus efficace dans votre projet de création d’entreprise par exemple et que vous brassez de l’air depuis plusieurs semaines (je vous rassure ça m’arrive très souvent aussi…), peut-être est-il temps de procéder à, ne serait-ce qu’un changement dans votre cadre de travail !
Cela peut-être le fait de travailler le matin plutôt que le soir. Vous pouvez aussi travailler dans un café plutôt que rester chez vous. Le changement est votre meilleur allié lorsque vous avez un coup de moins bien ou que vous vous sentez pédaler dans la semoule.
De la même manière, récompensez-vous ! Ceci est très important pour ne pas perdre pied et garder le contact avec la réalité et le plaisir immédiat (quand on travaille sur un projet quelconque, on privilégie le plaisir long terme au plaisir immédiat). Si par exemple, vous vous apercevez que votre recherche d’emploi est éreintante car vous y consacrez plus de cinq heures par jours, et bien décrochez totalement le temps d’un week-end. De toute manière les entreprises ne vous contacteront pas à ce moment là alors profitez-en et lâchez votre ordinateur, vos CV, et accordez-vous ces deux jours pour faire ce que vous désirez. Cela vous permettra de vous reconnecter aux choses qui ont du sens pour vous pour ne pas perdre le contact avec votre identité et avec ce qui vous tient à cœur.

Les personnes qui ont lu cet article se sont aussi intéressées à :  5 exercices pour être zen au travail

Des méthodes pour être Zen et serein

Pour cultiver l’état d’esprit de la Slow life dans son environnement professionnel, non seulement on peut appliquer des méthodologies de productivité afin de parfaitement gérer son temps et ainsi ne pas perdre contact avec ce qui est important pour nous, mais on peut aussi adopter des habitudes saines, afin d’optimiser l’impact positif du Slow Business.

1) Un exercice de respiration simple

Personnellement, quand j’ai une tension physique ou psychologique, je pratique un exercice respiration taoïste très simple. L’idée de base est que les manifestations diverses du corps sont considérées comme une tension énergétique. Par exemple, si vous êtes angoissé, la tension se situe au niveau de la poitrine. L’exercice en question consiste à faire remonter cette énergie le long du corps : ici de la poitrine, ici jusqu’à l’arrière du crâne. Pour cela, prenez une grande inspiration de plusieurs secondes. Inspirez, inspirez jusqu’à ce que vos poumons soient quasiment remplis… Puis inspirez alors promptement trois fois d’affilée « Snif ! Snif ! Snif ». Relâchez en expirant lentement. Faites cet exercice entre 10 et 15 fois. Personnellement, je trouve que sa pratique permet un meilleur contrôle de son émotion à l’instant T.

2) Avoir des rituels

De la même manière, il est important de mettre en place des habitudes, des rituels, qui vous amènent des bienfaits, au niveau de votre santé mentale et physique. Cela permet de revenir à un « état plus naturel des choses », un état dans lequel vous prenez votre temps. Cela peut être le fait de pratiquer une activité sportive, d’aller régulièrement acheter des produits bio ou même d’aller marcher une heure tous les dimanches le long du lac à côté de chez vous. En bref, ces activités doivent présenter un aspect « contemplatif » qui vous permet de vous ressourcer et de cultiver « l’état d’esprit zen et serein ». De plus, si ces rituels sont vraiment bénéfiques pour vous et pour l’avancée de vos projets divers, et que vous les mettez en place comme de véritables habitudes, cela aura un impact positif considérable ! Pourquoi ? Et bien parce que vous exercez une activité bénéfique pour vous et le fait de la mettre en place dans votre vie comme une habitude fera que, au bout d’un moment, vous la pratiquerez sans même réfléchir et par pur réflexe. Vous aurez ainsi « un automatisme qui travaille pour vous » (c’est-à-dire qui vous amène des bienfaits vous permettant d’avancer vers vos objectifs) sans que vous n’ayez rien d’autre à faire que de faire appel à votre discipline.

3) Avoir des projets et des objectifs

C’est propre à l’être humain de rêver, d’être projectif, d’avoir des projets de vie. Sans cela, nous errons sans but et il n’y a rien de plus triste. Donnez-vous donc toujours des objectifs ! Projetez-vous ! Visualisez une vision de réussite pour vous ! Si vous avez prévu de travailler énormément durant plusieurs mois sur un projet particulier, prévoyez, à l’issue de cette période, de partir en vacances dans un endroit cher à votre cœur. Ainsi dans les moments difficiles, vous vous imaginerez dans ce lieu, à profiter du paysage et de la vie.
De la même manière, si vous avez l’objectif de faire carrière dans un domaine en particulier, fixez-vous des objectifs court-termistes afin de vous rapprocher de cet idéal (j’explique cet état d’esprit dans mon article « Comment se fixer des objectifs pour s’accomplir dans ses projets professionnels et être heureux ? » ). Si vous souhaitez un jour créer votre entreprise, commencez par réponde à quelques questions : quelles compétences acquérir ? Quelles petites actions quotidiennes je peux mettre en place pour me rapprocher de cet objectif ? Sur lesquelles dois-je concentrer 80% de mes efforts ? L’idée est en fait d’identifier ce que vous voulez vraiment et ensuite, de vous fixer des objectifs précis pour vous en rapprocher. De cette manière, vous allez vous focaliser sur quelque chose de concret, quelque chose qui vous correspond, qui est, vous le savez, ce à quoi vous aspirez vraiment. Vous aurez alors la sensation de placer votre énergie et vos efforts au bon endroit.
Le fait d’être persuadé d’être en route vers votre vocation vous fera alors travailler régulièrement pour atteindre cette « destination » et qui dit régulièrement dit marathon et non sprint. Ainsi, vous vous dirigerez dans la direction qui vous correspond et vous serez bien plus serein que quelqu’un qui ne sait pas vraiment quel chemin suivre.

4) Décrocher totalement

Quand c’est terminé, c’est terminé ! Une fois que votre « bloc » de quatre heures de travail vient de s’achever, passez à autre chose ! Je sais que parfois, ce n’est clairement pas évident. Souvent par perfectionnisme, même si nous avons terminé notre travail, nous trouvons toujours une chose sur laquelle se pencher pour poursuivre notre frénésie créative ! Selon moi, il est très important de segmenter les choses, d’être focalisé sur l’instant présent et uniquement l’instant présent. Pour cela, je vous suggère, une fois votre travail terminé, de mettre à distance tout objet ou appareil pouvant vous replonger dans vos tâches (smartphone, ordinateur, cahier…). Une autre astuce : désactivez votre boîte mail sur votre smartphone ! On est souvent distrait par notre messagerie alors afin de ne pas « baigner » dans le travail toute la journée (puisqu’à notre époque notre smartphone nous suit partout), faites-en sorte de ne vous consacrer à vos mails qu’une ou deux fois par jours, sur votre ordinateur. Je parle ici des mails mais appliquez ce conseil à tout ce qui est source de distraction pour vous.

En résumé :

– Appliquer pleinement le principe de Pareto à tous les domaines de votre activité professionnelle afin de parfaitement gérer votre temps et d’avoir une vie remplie et épanouie selon vos critères, malgré une grande quantité de travail.
– Pratiquer le changement de cadre de travail est le meilleur moyen de revenir à la surface lorsque vous sentez que vous touchez le fond.
– Mettre en place un système d’auto-récompense afin de rester motivé et connecté à votre identité.
– Travailler votre capacité à être zen et serein(e) dans vos différents projets en intégrant le développement personnel dans votre vie (mise en place de rituels, d’activités physiques et culturelles…)
– Se relier et respecter vos aspirations profondes afin de vous diriger sur le bon chemin.

Ralentir votre rythme de travail peut, contrairement à ce que la plupart des gens pensent, améliorer vos résultats, tout en vous permettant de rester connecté à votre identité.

Cet article est un article-invité écrit par Adrien Vaysset du site Technique Emploi.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

2 Responses

  1. Sonia

    sujet super intéressant mais j’avoue que j’ai décroché en cours d’article… ce sont de très bons conseils mais il ne s’appliquent pas dans mon métier…
    je vais donc continuer à chercher des solutions qui s’appliquent à ma profession… si ça existe????

    • laslowlife

      Bonjour Sonia, je comprends bien votre remarque. Il n’est jamais évident de proposer dans un article tout public des solutions personnalisées. Cependant, l’exercice de respiration proposé ainsi que l’idée de rituels semblent plutôt adaptables selon la profession de chacun. Cela vous paraît difficile à concrétiser dans votre vie professionnelle ? Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *