Chronique de livre n°9 : Simplifier sa vie de Brooke McAlary

Classé dans : BIEN-ÊTRE | 3

Phrase-résumée du livre : “[…] en choisissant délibérément vos actions quotidiennes, vous pouvez créer la vie plus simple et plus heureuse que vous voulez.”

Chronique-résumé du livre

Par Brooke McAlary, (traduction de Florence Logerot-Depraz) “Simplifier sa vie : Aller à l’essentiel, retrouver le contrôle de son temps et de son énergie… Vos nouveaux rituels pour une vie plus épanouissante”, Contre-dires, 2018, 130 pages.

Introduction

La trentaine, Brooke McAlary nous explique que c’est suite à un burn out qu’elle a commencé à simplifier sa vie et celle de sa famille. Elle nous explique que de plus en plus de gens “font le choix de ralentir, de simplifier leur vie, de dire non et de se concentrer sur les choses qui sont vraiment importantes.” L’auteure a constaté en elle un état permanent de “petite panique” sans temps morts. Le premier motif avancé concernant la difficulté à ralentir est la peur notamment relative à une remise en question. Les “je devrais” restent ainsi bien sagement à leur conditionnel… Brooke McAlary nous explique qu’elle propose dans ce livre les idées qui ont fonctionné pour elle, basées sur “le pouvoir des rituels et des rythmes”(au nombre de 7). Elle termine cette introduction par des mots d’encouragement en précisant que faire des changements dans sa vie requiert des efforts, du temps et de l’énergie pour bénéficier des retombées positives et nous rappelle ceci : “chaque voyage commence toujours par un premier pas.”

Partie 1 – Les rituels

1. Passez en mode monotâche

On se retrouve souvent à faire plusieurs choses à la fois comme étendre le linge tout en parlant à ses enfants ou encore faire sa gym tout en écoutant un livre audio. Parfois cette démarche est positive, parfois elle nous épuise. Brooke McAlary nous invite à cesser de vouloir en faire toujours plus et à se concentrer sur une chose à la fois. L’occasion “d’appliquer votre pleine conscience à la tâche en cours”. Pour cela, elle propose le rituel suivant : sélectionner une tâche quotidienne récurrente et se concentrer exclusivement sur celle-ci, en se reliant aux sensations que cela apporte. Consciente qu’on ne peut pas être perpétuellement en mono-tâche, l’auteure précise qu’il est intéressant de le mettre en pratique au moins une fois par jour. L’intérêt ? S’ancrer dans l’instant présent, être reconnaissant des tâches les plus banales, faire quelque chose en y mettant tout son cœur.

L’exercice : le chapitre passe à la pratique. Durée : 5 minutes pour choisir une tâche, s’imprégner de chaque détail (par exemple l’odeur de frais des vêtements mouillés et propres, la façon dont les feuilles de thé teintent l’eau et autres) avant de reprendre ces autres activités. Plus qu’une liste de choses à faire, les actions quotidiennes deviennent de petits plaisirs conscients.

2. Déconnectez(-vous)

Brooke McAlary nous rappelle à quel point la somme d’informations que nous recevons chaque jour est importante notamment par le biais d’internet. “Et nous avons besoin de souffler.” Ce temps est nécessaire pour estomper les bruits et stimuli. Sans renier les avantages du monde connecté, l’auteure met en garde contre la connexion permanente avec nos smartphones en poche. Ce besoin de connexion se traduit entre autres par le fait d’avoir peur de rater quelque chose, de ne pas faire partie du tout. Pourtant les périodes de déconnexion sont essentielles et Brooke McAlary incite à appuyer sur le bouton off. Une façon de se “reconnecter complètement avec le monde qui nous entoure – nos enfants, notre compagnon, notre famille, nos amis, notre travail, notre environnement, notre imagination.” Le rituel qu’elle propose est donc le suivant : chaque jour, prendre du temps pour se déconnecter (de son ordinateur portable, de ses emails, de son smartphone, de la télé).

L’exercice : pour tenir à distance le monde virtuel régulièrement dans une journée, l’auteure propose un exercice de 15 à 30 minutes. Elle nous invite à choisir un créneau horaire plutôt tranquille d’ordinaire (sans appels téléphoniques de prévu par exemple), d’inscrire ce bloc de temps dans son planning, de mettre une alarme qui sonne une fois 5 minutes avant sa pause déconnexion puis une autre fois au moment de débuter la déconnexion. C’est le moment de fermer votre ordinateur et de vous éloigner des écrans. Ajouter à l’envi un autre bloc de temps de déconnexion par exemple au moment du coucher. Que faire durant ces temps calmes ? Brooke McAlary note quelques inspirations dont “rester tranquillement assis” ou encore “lire”, “marcher”, “méditer”.

3. Videz-vous la tête

Nous sommes submergés. Face à ce constat, l’auteure pointe du doigt l’effet néfaste de cette surcharge permanente : “Il est désagréable et improductif de fonctionner à un tel niveau de stress et de tension.” Décharger le cerveau, c’est l’objectif de l’exercice qu’elle propose.

L’exercice : un rituel qui nécessite entre 5 et 10 minutes. Il s’agit de trouver un moment tranquille (le même si possible jour après jour, sur le principe du rituel) et d’écrire spontanément sur un papier sans trop réfléchir et sans trop de censure. On peut écrire des choses à se rappeler, des tâches à accomplir, des courses, des événements prévus et autres. Puis on met de l’ordre dans ses écrits en reliant entre eux ceux qui vont ensemble, en en encadrant d’autres et ainsi de suite. Ce rituel peut être combiné avec de suivants à venir.

4. Trois choses

Faisons bref ! C’est l’invitation de Brooke McAlary pour ne pas se perdre dans des listes à rallonge. L’idée est de créer une liste avec seulement trois tâches à accomplir dans la journée. Pourquoi ? Parce que cela permet de mettre en lumière des objectifs atteignables, réalistes et simples et ainsi de vivre un sentiment de réussite à la fin de la journée. Pour se lancer, il s’agit de noter les trois tâches les plus importantes du jour.

L’exercice : chaque jour, on écrit ses 3 priorités et on réalise une liste de tâches secondaires (pas plus de six) qui seront seulement traitées si l’on termine les 3 plus importantes ou qui seront déplacées sur la liste du jour suivant le cas échéant.

5. La gratitude

La gratitude booste notre bien-être. L’auteure propose d’y consacrer plus de temps en prenant régulièrement conscience de ce pourquoi nous sommes reconnaissants et de s’arrêter ainsi sur des choses simples. Il s’agit là de voir le positif dans les petites choses de la vie et de cultiver de cette façon son propre potentiel positif.

L’exercice : 5 minutes suffisent pour réaliser cet exercice qui peut être combiné avec les deux précédents rituels (se vider la tête, une liste de 3 choses). Il s’agit alors de faire une liste de cinq choses pour lesquelles l’on est reconnaissant aujourd’hui en restant concis (une phrase tout au plus). “Puis réfléchissez à ces choses, reconnaissez qu’elles sont autant d’éléments positifs dans votre vie, et rappelez-vous qu’il y a des choses qui méritent votre gratitude tous les jours – quelle que soit la façon dont s’est déroulée votre journée ou ce qui vous attend le lendemain.”

Partie 2 – Les rythmes

Brooke McAlary  fait un distingo notable entre les mots “routine” et “rythme”. La routine évoque le côté rigide et inflexible. En revanche “le rythme permet des changements et une souplesse par rapport aux différentes saisons de la vie.” “C’est le battement de cœur de votre journée. Le tempo, l’enchaînement, l’ordonnancement.” Une notion beaucoup plus sensible qui fait appel à la tolérance, à la souplesse, au mouvement et à l’émotionnel.

6. Votre rythme du matin

L’auteure nous invite à affiner notre rythme du matin afin qu’il nous convienne, qu’il nous donne assez de temps pour avancer dans nos tâches, qu’il tienne compte des besoins des autres, qu’il nous donne une certaine marge de manœuvre. Ce rythme-là permet au quotidien de se sentir plus serein.

L’exercice : un exercice ponctuel de 30 minutes afin de faire le point sur son rythme matinal idéal. Brooke McAlary  propose une autoréflexion en commençant par se poser des questions telles que “Comment est-ce que je veux me sentir le matin ?”, “Qu’est-ce que je veux arriver à faire le matin ?”. Il s’agit ensuite d’identifier ses besoins et ce que l’on veut. On trace alors trois colonnes sur une feuille de papier dans lesquelles on écrit :
– ce qu’il faut –> lister les obligations matinales, les incontournables tels que faire le lit, réveiller les enfants, se laver les dents, débarrasser la table.
– ce que je veux –> les tâches que l’on aimerait inscrire sur son programme matinal, des choses qui boosteraient notre potentiel positif (prendre soin de soi) et notre journée. Il s’agit alors d’entourer au moins un des éléments de cette colonne à intégrer dans notre rituel matinal.
– séquence et timing –>  noter en face de chaque tâche le temps nécessaire (approximativement) à sa réalisation.

Au bout du compte, si votre rituel matinal s’accorde naturellement entre votre heure de lever et l’heure à laquelle vous quitter votre maison, rien à redire. Le cas échéant, deux solutions s’offrent à vous : avancer votre réveil ou supprimer certaines tâches. L’occasion de peaufiner sa liste, aussi d’imaginer la réalisation de certaines tâches par exemple la veille au soir, jusqu’à ce qu’elles s’adaptent bien.

Durant au moins une semaine, on affiche sa liste et on suit ce rythme matinal tout en l’affinant au fur et à mesure (rien n’est figé). Il deviendra alors naturel et fluide sur la durée.

7. Votre rythme du soir

Parmi les avantages du rythme du soir cités dans le livre, le fait de “gagner du temps et de l’énergie”. C’est l’occasion de se détendre, de passer du temps en famille, de pratiquer un loisir.

L’exercice : un exercice ponctuel de 30 minutes. Tout comme pour le rituel du matin, on commence par se poser quelques questions telles que “Comment est-ce que je me sens le soir en ce moment?”, “Comment est-ce que je veux me sentir le soir ?”. Puis l’on identifie ses besoins également sur le même principe (3 colonnes : ce qu’il faut, ce que je veux, séquence et timing). On fait le tri dans ces tâches en notant la durée moyenne pour chacune d’elle et en intégrant une action pour conclure la journée sur une note positive. On peaufine sa liste avant de l’afficher, de la suivre et de l’affiner durant quelques soirs.

Ces rituels améliorent la “simplicité et le confort du quotidien”.

Partie 3 – La mise au point

Brooke McAlary précise que les rituels proposés ne sont pas censés être contraignants ni mettre la pression mais visent au contraire à se simplifier la vie. Elle insiste ainsi sur le fait de s’arrêter si l’on se sent stressé, coupable ou encore moins productif.

8. L’anti-rituel : faire pencher la balance

Un nouveau rituel n’est pas sensé ajouter du stress à notre vie quotidienne. L’auteure remet en question l’idée d’un équilibre vie-travail et prône l’idée de faire pencher la balance en s’appuyant sur une étude centrée sur les femmes heureuses et plus précisément sur ce qu’elles faisaient de différent. “Au lieu de tenter de viser un équilibre – ce qui est, comme l’ont compris les femmes de cette étude, impossible à atteindre, stressant à rechercher et ennuyeux à vivre – , elles faisaient pencher la balance en “basculant” vers des activités et des engagements qu’elles aimaient et qui avaient un sens à leurs yeux. […] pour ensuite basculer vers une autre partie de leur vie en fonction des besoins.”

Sortir de l’idée d’équilibre pour quelque chose de plus souple, voilà une autre clé dévoilée par Brooke McAlary. En pratique, elle nous explique qu’il s’agit par exemple de préférer des repas simples, un ménage allégé et des rythmes simples les jours où l’on a énormément de travail au bureau. “Certains jours, vos enfants sont contents de jouer tout seuls – faites pencher la balance : rattrapez votre retard dans ce qu’il y a à faire dans la maison.” “Certains jours vous avez besoin de recharger les batteries – faites pencher la balance : dorlotez-vous et laissez tomber ce qui vous pèse.”

Cette idée de faire pencher la balance “nous permet de nous concentrer sur ce qui est important au moment voulu, et de choisir volontairement d’investir notre énergie dans ces domaines.” L’auteure partage une image parlante : quand on se penche, physiquement, on se rapproche d’une chose et on s’éloigne d’une autre. De même, au quotidien, en faisant pencher la balance on dit oui à quelque chose et non à autre chose. Et finalement, le fait de se balancer tantôt à droite, tantôt à gauche permet d’atteindre un équilibre sur la durée. Celui-ci n’est pas une obligation jour après jour mais s’instaure naturellement sur une plus longue période. Une vision à long terme de l’équilibre en somme ! Une prise de recul nécessaire pour réguler nos efforts et être plus souple quant aux jours avec et aux jours sans. Faire pencher la balance vers ce qui est important pour soi permet d’atteindre un équilibre avec le temps. Garder à l’esprit cette idée de bascule, c’est ce à quoi nous invite l’auteure, face à un équilibre parfait qui apporte énormément de stress et nuit à l’épanouissement.

9. Remarquez

“Vivre simplement réside tellement dans l’art de remarquer.” Devenir un remarqueur. Une autre piste soulignée par Brooke McAlary qui met en lumière l’importance de voir les beautés (petites et grandes), de ralentir et de prêter attention. Une invitation à prêter attention notamment à ce que l’on fait et à ce que l’on ressent quand on le fait, à ce que l’on consomme, à ses pensées et sentiments, à la beauté, au temps et à l’énergie que l’on dépense (et où on les dépense).

10. Allez-y, profitez de la vie !

C’est le moment d’utiliser les rituels et rythmes proposés dans ce livre pour se “créer une vie plus simple, plus heureuse, plus légère”. Dès que l’on se sent débordé, que l’on perd pied, l’auteure nous conseille de se replonger dans les exercices suggérés. “En attendant, allez profiter de la vie. C’est de cela qu’il s’agit ici – vous créer une vie plus lente et plus simple qui vous donne le temps et l’espace pour profiter de ce que vous aimez vraiment.”

Critique du livre “Simplifier sa vie ”

Des idées simples pour une vie plus simple ! Dans ce livre, deux principales idées m’on fait particulièrement écho. Le premier : l’antirituel “faire pencher la balance”. Brooke McAlary nous déculpabilise avec l’idée de poursuivre un équilibre parfait jour après jour, et l’on comprend que le vrai équilibre se construit sur la durée avec souplesse et sensibilité. Second point qui m’a particulièrement parlé, l’idée de devenir des remarqueurs. J’aime beaucoup ce terme et cette piste proposée par l’auteur qui nous invite à ouvrir l’œil, à affiner notre attention sur la beauté et les petits riens rencontrés au quotidien. Pour en savoir plus à propos de Brooke McAlary, sachez qu’elle anime avec son mari le podcast The Slow Home 😉

Découvrez ici “Simplifier sa vie” de Brooke McAlary.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 6
    Partages

3 Responses

  1. Jeff Carlotti

    Bonjour Cindy,

    J’aime énormément le conseil de vivre les choses en conscience. Une chose à la fois. Cela me fait penser à une application dont mon amie Nathalie m’a parlé. Il s’agit de 1 second everyday. Elle vous oblige à prendre le temps de prendre conscience des petits moments de bonheur que l’on vit.

    Un cours de danse, un bon repas. Toutes les sources de bonheur qu’on oublie de voir. Et je me demande si c’est applicable dans le monde du travail et/ou de la recherche d’emploi. cela Qu’en penses-tu Cindy ?

    Au plaisir de te lire !

    • laslowlife

      Bonjour Jeff,
      Oui c’est même une excellente idée que d’appliquer ce principe au monde du travail. Les petits bonheurs, les instants de gratitude se rencontrent dans tous les domaines de notre vie. Dans le milieu professionnel, on peut par exemple être reconnaissant d’un service rendu par un collègue, savourer une pause relaxante que l’on s’offre dans un parc entre deux entretiens d’embauche ou encore s’enthousiasmer de cette discussion enrichissante que l’on a eu autour de la machine à café. Les petits plaisirs sont partout, il ne tient qu’à soi d’y prêter attention 😉

      • Jeff Carlotti

        Merci Cindy pour ta réponse :). Si je comprends bien, cela revient à prendre conscience de ce que l’on fait et de savourer l’instant présent dans le ici et maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *