Comment prioriser ?

Classé dans : BIEN-ÊTRE | 1

Comment prioriser quand tout paraît être une priorité ? Il est temps de faire de la place dans nos emplois du temps surchargés et de faire la part des choses entre les fausses et les véritables priorités. Car à force de tout transformer en urgences et obligations on en vient à oublier ce qui compte vraiment pour soi et ce qui nous épanouit. Prioriser, une clé pour adopter un mode de vie slow !

Bien définir la notion de priorité

Une priorité est définie comme le “Fait de précéder dans le temps : La priorité d’un événement par rapport à un autre.” (Larousse) Dès lors que l’on concrétise cette définition en pratique cela signifie choisir de faire passer telle action avant telle autre. Même s’il n’est pas évident de prendre conscience de notre libre-arbitre dans cette histoire, autrement dit de réaliser que nous avons le pouvoir de choisir que faire passer avant quoi, il est pourtant bien question de cela. Et c’est souvent une prise de conscience essentielle pour avancer sur le chemin de la slow life, sur le chemin d’un mode de vie choisi et plus en cohérence avec soi-même, avec les autres et avec le monde. D’une meilleure qualité de vie en somme.

En fait, lorsqu’on ne prend pas le temps de prioriser, on se retrouve à la merci d’un emploi du temps surchargé, on s’épuise à courir en permanence, on se sent frustré de ne jamais parvenir à atteindre ses objectifs (tout bonnement inatteignables) et on en vient à passer à côté de ce qui compte vraiment pour soi. Prioriser est une clé vers plus de sérénité, vers une vie plus consciente et épanouie.

Les fausses priorités

Une véritable priorité est ainsi une action menée soit parce qu’elle est urgente – et il s’agit là de bien distinguer les réelles urgences de celles qui n’en sont pas vraiment et qui sont autant de mangeurs de tempssoit parce qu’elle est importante à nos yeux. Et à vrai dire, il est urgent de valoriser tout ce qui est important à nos yeux ! Réfléchissons ensemble un instant : combien de broutilles passent avant nos essentiels ? De nombreuses… Une première étape en vue de renforcer vos priorités consiste simplement à les mettre en lumière de façon très pratique. A titre d’exemples :

  •  Amener ses enfants à l’école.
  •  Déjeuner le jeudi avec un(e) ami(e)
  •  Marcher à l’air libre en rentrant du travail
  •  Cuisiner des produits frais
  •  Et bien d’autres.

En fonction de vos priorités, de ce qui est important pour vous, de ce qui vous apporte du plaisir vous allez pouvoir adapter votre emploi du temps et les combiner avec ce que l’on appelle les obligations quotidiennes. Pour laisser plus de place à vos véritables priorités (telles que suivre un cours de méditation) face aux fausses priorités (telles que répondre à un appel professionnel qui pourrait pourtant attendre), il est question d’adaptation. Est-il par exemple nécessaire de réaliser un ménage complet de la maison précisément en cette fin de journée alors que vous pourriez nettoyer qu’une seule pièce (et une autre le lendemain) afin de profiter du plaisir de jouer avec vos enfants ? Autre exemple : est-ce vraiment une priorité d’aller faire les magasins alors que vous rêvez d’un moment de détente au soleil sur votre balcon ? Il s’agit aussi de SELECTIONNER car on ne peut pas tout faire, ni se dédoubler. Prioriser va vous permettre de gagner en légèreté et surtout de laisser plus de place à ce qui vous épanouit vraiment !

Les personnes qui ont lu cet article se sont aussi intéressées à :  5 infusions bien-être

Le conte des gros cailloux

Pour illustrer ce propos, je vous invite à découvrir l’histoire des gros cailloux :
Un jour un vieux professeur remplit de sagesse s’adresse à ses élèves.
Le vieux professeur leur dit : « Nous allons réaliser une expérience » .
Il prend un grand pot, qu’il pose délicatement face à lui. Ensuite il prend une douzaine de cailloux qu’il met dans le grand pot.
Lorsque le pot est rempli jusqu’au bord, il demande : « est-ce que le pot est plein ? »
Tous répondent : « oui ».
« Vraiment ? »
Alors il prend un récipient rempli de graviers et verse ce gravier sur les gros cailloux puis remue le pot. Les graviers s’infiltrent entre les gros cailloux jusqu’au fond du pot.
Le vieux professeur demande encore : « est-ce que le pot est plein ? »
L’un des élèves répond : « probablement pas ! »
« Bien » dit le vieux professeur.
Il prend alors un bac de sable qu’il verse dans le pot. Le sable va remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier.
Encore une fois il demande : « est-ce que le pot est plein ? »
Cette fois, sans hésiter, les élèves répondent « Non ! ».
« Bien ! » dit le vieux professeur.
Il prend alors un pichet d’eau et remplit le pot jusqu’à ras bord.
Le vieux professeur demande finalement :
« Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ? »
Un des élèves , songeant au sujet du cours, répond : « cela démontre que, même lorsqu’on croit que notre agenda est complètement rempli, si on veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de chose à faire ».
« Non, dit le vieux professeur, ce n’est pas cela ! La grande vérité que nous montre cette expérience est la suivante : si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous ensuite. »
C’est le moment d’identifier vos gros cailloux ! 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

  1. Déborah

    J’ai vu l’illustration de ce conte en vidéo il n’y a pas si longtemps, je ne sais plus où… Tellement vrai ! Et merci pour tes conseils sur la manière de prioriser les choses, il faut savoir s’écouter, écouter son corps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *