Le Kaizen, un pas après l’autre

Classé dans : BIEN-ÊTRE | 1

Le Kaizen est à l’origine une méthode japonaise ayant littéralement pour ambition d’instaurer un changement (“kai”) bon (“zen”).  Il est utilisé comme outil de management, mais plus globalement, il s’agit d’une philosophie que tout un chacun peut embrasser à souhait pour intégrer à sa vie de petits changements positifs durables et ainsi générer une dynamique d’action.

couverture-kaizen-la-slow-lifeEn bon remède à la procrastination – cette tendance à remettre au lendemain ce que l’on peut faire aujourd’hui – le Kaizen propose d’avancer pas à pas, un jour après l’autre. Plutôt que de reporter une action qui nous coûte du temps et de l’énergie, on s’y engage par petits bouts. Au travail, pour démêler un dossier pesant, plutôt que de le reporter sans cesse, je traite un seul des points à analyser, puis plus tard un autre point et ainsi de suite je dénoue ce nœud en douceur. A la maison, j’ai accumulé un nombre incalculable de cartons dans ma cave que je n’ose plus ouvrir de peur d’être submergé par la charge de rangement à effectuer : je déballe un carton quotidiennement. En cuisine, j’aimerai réduire mes déchets : je commence par acheter des bocaux en verre (nourriture en vrac, conservation…). Un pas après l’autre, on avance, on s’améliore.

Améliorer son quotidien, sa qualité de vie, tout en agissant en faveur de l’environnement. C’est aussi cela le Kaizen, un état d’esprit, une vue d’ensemble instaurant de petits changements qui font boule de neige et qui s’inscrivent dans une continuité. Le Kaizen se veut durable. Kaizen, c’est d’ailleurs un magazine invitant à porter un regard différent sur soi, sur sa vie, sur les autres, sur l’environnement, et à “construire un autre monde, pas à pas”. Son intention est claire “Un magazine pour construire une société écologique et humaine” et son manifeste de préciser : “Les initiatives pour elles-mêmes nous intéressent moins que l’esprit qui les porte. Car au delà du remplacement des énergies fossiles par les renouvelables ou l’agriculture chimique par la bio, c’est à l’âme humaine que nous nous intéressons. Au sens que nous donnons à nos vies, à nos capacités d’empathie et d’émerveillement, à notre profond désir d’être libres.”

Alors, quel sera votre premier pas, votre petite action du jour pour une plus grande qualité de vie et un monde meilleur ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *