Ralentir, quand tout va trop vite !

Classé dans : S'INSPIRER | 0

Depuis les années 80 et le mouvement international Slow Food initié par Carlo Pétrini, l’art de la lenteur rassemble de plus en plus d’adeptes. Dans une société où tout s’accélère, il n’est pas toujours évident de penser à ralentir. Pourtant quand tout va trop vite, il est grand temps de décélérer. Et si on prenait un instant pour y songer ?

Ralentir, mais encore ?

“Du travail en retard ? Adoptez une connexion plus rapide à Internet. Pas de temps pour lire ce roman qu’on vous a offert à Noël ? Apprenez la lecture rapide. Les régimes ne marchent pas ? Essayez la liposuccion. Trop occupé(e) pour cuisiner ? Achetez un four à micro-ondes. Pourtant, il y a certaines choses qui ne peuvent pas, et ne devraient pas aller plus vite. Elles prennent du temps, elles demandent de la lenteur.” Par ces quelques mots, Carl Honoré dans son livre « Éloge de la lenteur » met en lumière l’urgence de ralentir. Nombreux sont ceux qui ont le sentiment de passer à côté de leurs priorités et de ne vivre qu’en surface. Comme le dit (presque…) la chanson : qu’est-ce qu’on attend pour ralentir ?

L’art de la lenteur, aussi nommé slow life, est une véritable philosophie de vie. Ce n’est en aucun cas une nouvelle méthode insolite mais bien un art d’être, un art de vivre vers plus d’authenticité et d’harmonie. Prendre le temps de vivre invite à profiter de l’instant, à être pleinement là, ici et maintenant. S’ancrer dans le présent est à la fois un principe slow et un moyen d’instiller plus de lenteur dans son quotidien. Ralentir est à la fois une attitude qui invite notamment à être bienveillant envers les autres, par exemple en étant pleinement attentif à autrui lors d’une conversation et en laissant de côté son smartphone, et un mode de vie.

Place au libre-arbitre

Il est temps de valoriser son libre-arbitre, cette capacité à décider, à choisir en toute liberté. Car ralentir est avant tout une question de choix. Plutôt que de se laisser porter par le flux global en mode automatique, ne devrait-on pas reprendre les rênes de notre existence ? En matière de choix, rien n’est simple et rester bienveillant envers soi-même est indispensable à ce sujet. Mais le fait est que pour avancer de façon harmonieuse, en cohérence avec ses valeurs de vie et en accord avec ses aspirations profondes, faire des choix est indispensable. Certains choisiront de se lever un quart d’heure plus tôt pour méditer, pour lire ou encore pour préparer un petit-déjeuner gourmand en famille. D’autres feront une demande de télétravail d’un jour par semaine, réduiront les activités périscolaires de leurs enfants ou encore se réserveront une promenade en nature quotidienne. Il n’y a pas de petites ou de grandes actions slow. Seul compte le bien-être de chacun à travers des choix de changements d’habitudes voire de changements de vie.

Ressentez-vous le besoin de ralentir ?

C’est l’heure des constats. Prendre du recul est nécessaire à toute démarche d’évolution. Interrogez-vous le temps de quelques jours : ressentez-vous régulièrement des tensions physiques ? Avez-vous des difficultés à calmer votre agitation intérieure ? Êtes-vous souvent en retard ? Avez-vous le sentiment d’accorder suffisamment de temps à vos essentiels (la famille par exemple) ? Parvenez-vous à rester un instant sans rien faire d’autre que flâner ? Avez-vous du mal à déléguer ? Vous sentez-vous souvent anxieux(se) ? Trouvez-vous cela facile de se détendre ? Un petit état des lieux afin d’en savoir plus sur vous et sur votre relation au temps.

Comment trouver votre rythme idéal ?

Intégrer la slow life dans son quotidien et ainsi trouver son rythme idéal demande du temps. C’est une démarche sur le long terme pour peu que l’on veuille ralentir vraiment et ainsi apporter de vrais changements dans sa vie. Parmi les pistes vers plus de lenteur, il est nécessaire de prêter une attention toute particulière aux voleurs de temps que sont notamment les écrans. Alors qu’on aurait eu le temps d’agir à son rythme, on peut facilement se presser dans la réalisation d’une tâche à cause d’un vagabondage prolongé sur les réseaux sociaux. Une question de choix disait-on plus haut ! À l’inverse, apprendre à ne pas culpabiliser lorsque l’on s’accorde (enfin) une pause rien qu’à soi est tout aussi essentiel. Cela s’apprend ou plus précisément cela s’apprivoise avec la pratique. Les listes peuvent par ailleurs nous faire le plus grand bien lorsqu’elles sont réalistes et non pas à rallonge. À la maison comme au travail, elles permettent de se libérer l’esprit et de mettre en avant les priorités du jour à traiter de préférence en premier lieu.

Les personnes qui ont lu cet article se sont aussi intéressées à :  5 idées reçues sur la slow life

Le slow est partout !

En pratique, on peut ralentir dans tous les domaines de sa vie. Partant de petites (ou plus grandes) actions concrètes, ralentir en famille invite par exemple à cuisiner ensemble le dîner, à vivre des soirées sans télé, à retisser du lien avec la nature par des promenades régulières. Ralentir au travail peut consister à se rendre au bureau à vélo dans la mesure du possible, à réduire ses horaires pour accorder plus de temps à ses essentiels ou encore à faire une sieste à la pause-déjeuner (les études le prouvent, elle nous rend plus efficace ensuite !). Désormais, on parle de slow business, slow parenting, slow sexe, slow tourisme mais aussi de slow cosmétiques, slow science ou encore de slow art. Le mouvement slow s’étend naturellement à différentes sphères.

5 petits pas vers la slow life

Parce que tout commence par un premier pas, et que mine de rien petit pas par petit pas on en fait du chemin, voici quelques pistes pour laisser infuser des touches de lenteur dans votre quotidien…

1. Ralentir ses gestes

Dans les gestes de la vie quotidienne, prenez votre temps ! En cuisine, au bureau, dans la rue, sous la douche, portez régulièrement votre attention sur le rythme de vos gestes et ralentissez lorsque votre pas se fait pressant sans motif, lorsque vous vous agitez de trop en préparant le dîner… Fermez les portes plutôt que de les claquer.

2. S’offrir des pauses bien-être

Les pauses sont de merveilleux sas de décompression. Il s’agit là de profiter pleinement des espaces de temps libre d’une journée de travail par exemple lors de la pause-déjeuner mais aussi de se réserver une petite minute ici et là simplement pour observer sa respiration, pour noter deux ou trois idées relatives à un projet personnel, pour dessiner un sourire sur son visage… De brefs ou plus longs instants pour se recentrer et penser un peu à soi.

3. Partager de jolis moments

Pris dans le flot quotidien, on en oublierait presque de prendre le temps d’approfondir nos relations. Même en semaine, réservez-vous de jolis moments pour aller prendre un café avec un(e) ami(e), pour organiser une soirée à thème en famille, pour organiser un week-end insolite…

4. Manger en conscience

On le sait, la nourriture est notre carburant. Pourtant, nous avons tendance à manger à la va-vite et à ne pas toujours sélectionner nos produits. Un premier pas pour manger en conscience : privilégiez des produits frais, locaux, de saison et cuisinez (des plats simples mais savoureux par le choix de bons produits !).

5. Se (re)connecter à la nature

Passer du temps dans la nature est indispensable à notre équilibre intérieur. Trop souvent enfermés, le seul lien que nous entretenons avec elle se fait à travers les vitres. La vie est pourtant dehors. Allez marcher à la pause-déjeuner ou en sortant du travail, dans un parc en ville ou en pleine nature. C’est le meilleur moyen d’évacuer la pression, de laisser s’éveiller vos sens et de vous apaiser. La nature nous fait du bien.

Êtes-vous prêt(e) à adopter la slow life ? Vous avez peut-être déjà entamé cette démarche vers plus de lenteur. Ne vous arrêtez pas en si bon chemin, vous êtes assurément sur la bonne piste.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *