Comment (re)trouver la notion de plaisir au travail ?

Classé dans : TRAVAIL | 0

Que diriez-vous de prendre plus de plaisir dans votre travail ? Cet article est un article-invité proposé par Jeff Carlotti du blog Ma carrière en main. C’est donc lui qui vous parle à travers le “je”. Bonne lecture à la recherche de plus d’épanouissement dans votre vie professionnelle !

Vous avez l’impression d’être submergé de travail ? De ne pas avoir assez d’heures dans une journée pour faire tout ce que vous avez à faire ? Vous êtes stressé à cause de votre emploi ? Vous y pensez souvent une fois rentré chez vous le soir ou bien le week-end ? Vous avez perdu de vue la notion de plaisir au travail ? Voire même, vous n’avez jamais vraiment identifié ce qui vous plaisait dans votre vie professionnelle ? Eh bien, vous avez frappé à la bonne porte. Nous allons voir ensemble comment identifier les tâches qui vous enthousiasment, mettre en place un plan d’action et agir. Je vous donnerai notamment une clé très importante pour dépasser vos peurs afin d’entrer plus facilement dans l’action. La nouveauté de cet article est de croiser trois courants de pensée de trois auteurs : Sarah Roubato, Nicholas Boothman et Sarah Jaffers. Ah oui, dernier élément, vous verrez comment faire tout cela en créant du lien social !

1. Analysez votre passé à la recherche du plaisir au travail

Alors, je vous propose de ralentir, de vous arrêter. De vous saisir d’un crayon et d’un papier et de vous accorder 25 minutes pour lister toutes vos expériences professionnelles passées. Puis, pour chacune de ces expériences, listez les tâches que vous avez réalisées. Enfin, entourez celles que vous avez adorées, celles qui vous ont fait prendre du plaisir au travail.

Quand j’ai moi-même réalisé cet exercice, j’ai notamment entouré : “faire une intervention orale devant des gens”, “analyser l’idée d’un collègue”, “préparer une présentation visuelle pour une soutenance chez un client”. Puis, j’ai utilisé la technique de Sarah Roubato, auteur du livre Trouve le verbe ta vie qui consiste à ne garder que les verbes. Ce qui donne en l’occurrence : “parler en public”, “analyser” et “préparer”. Pourquoi recourir au verbe d’action ? Tout simplement parce que cela va nous permettre d’élargir le champ des possibles. Par exemple, si j’adore “préparer”, je peux aussi bien préparer une soutenance chez un client, qu’une réunion, qu’un évènement, etc. Mais nous verrons cela plus tard…

Maintenant, je vous propose un nouvel exercice. Durant une semaine, notez les tâches que vous réalisez chaque jour au travail en prenant soin de préciser leur durée. Chaque soir, calculez le pourcentage de votre temps passé à mettre en oeuvre vos verbes d’action. Quand, j’ai travaillé comme assistant de la coach en communication Nicole Licciardi, parler en public, analyser et préparer représentait 80 % de mon activité ! Et vous ? Quelle est la proportion de temps que vous consacrez à réaliser des actions qui vous font vibrer ? Si ce pourcentage est élevé, tant mieux. Si ce n’est pas le cas, nous verrons ci-après comment y remédier.

2. Définissez un plan d’action pour améliorer votre situation professionnelle

Bien, une fois les verbes d’action qui vous enthousiasment mis en lumière, il ne vous reste plus qu’à chercher comment passer plus de temps sur ces derniers pour prendre plus de plaisir au travail. Et c’est là que Nicolas Boothman, l’auteur du livre Convaincre en moins de 2 minutes va nous être utile. Nicolas Boothman présente dans son ouvrage la méthode SIC. Mais en quoi consiste-t-elle ?

Alors, nous avons :

  • S pour… Savoir ce que vous voulez
  • I pour… Identifier ce que vous obtenez
  • C pour… Changer ce que vous faites jusqu’à obtenir ce que vous voulez

Je vais vous illustrer l’application de cette méthode à l’aide d’un exemple. Fin 2017, je voulais passer du poste de chargée d’études logistique à celui de technico-commercial. Cela afin de mettre en pratique plus souvent les trois verbes d’action qui m’enthousiasment dont j’ai parlé plus haut. À savoir : “parler en public”, “analyser” et “préparer” (S). J’avais tenté d’en parler à mon responsable hiérarchique, sauf que vu que le courant ne passait pas très bien entre nous, j’ai obtenu un “non” (I). J’ai donc décidé de changer de stratégie en allant voir le directeur de la filiale pour lui parlé de mes envies. J’avais préparé un rapport pour justifier que ce changement de poste était bénéfique pour l’entreprise.

Les personnes qui ont lu cet article se sont aussi intéressées à :  Comment être écolo au bureau ?

Résultat ? En janvier 2018, j’étais promu au poste de technico-commercial avec une augmentation de salaire (C). Moralité ? Définissez un objectif. Testez une manière de faire pour l’atteindre et, si ça ne marche pas, tentez une nouvelle manière de faire. Ainsi de suite, jusqu’à ce que vous parveniez à vos objectifs. Au final, agir en suivant la méthode SIC revient à vous rendre responsable. Votre situation ne vous convient pas ? Eh bien, changez quelque chose dans votre façon de faire actuelle pour tenter de l’améliorer en agissant. Vous allez voir que la mise en place de cette méthode va vous permettre également d’améliorer la nature des relations avec votre entourage professionnel. En effet, vous ne serez plus dans une posture passive de demandeur vis-à-vis de vos collègues ou de votre chef. Vous adopterez une posture active d’acteur qui cherche à améliorer sa situation actuelle tout en améliorant celle des autres.

3. Comment agir même si vous avez peur pour prendre plus de plaisir au travail ?

La réponse est contenue dans le titre de cet article. Oui, oui, c’est vrai… Sarah Jaffers, psychologue américaine et auteur du livre Tremblez mais osez nous explique que pour faire disparaître notre peur, il suffit d’agir malgré elle. En clair, vous mettez deux minutes votre cerveau sur off et vous y allez quand même. Car ce qu’elle a pu constater, c’est que la peur disparaît dans l’action. Vous l’aurez compris en lisant cet article améliorer sa vie demande de sortir de sa zone de confort, ce qui n’est pas forcément agréable. Mais ce qui est génial, c’est que cela ne dure pas et que, très vite, vous progressez. Et c’est de ce progrès que naît la notion de plaisir. C’est ce qu’écrit Hal Elrod, l’auteur du livre Miracle Morning. Il nous dit que pour changer d’habitude, il faut compter au minimum 30 jours. Les 10 premiers sont désagréables. Les 10 suivants sont neutres. Et c’est au cours des 10 deniers qu’on commence à prendre vraiment du plaisir !

Il est essentiel de garder en tête que lorsque vous changez vos habitudes, l’arrivée du plaisir n’est qu’une question de temps. Ah oui, dernier point important, avancer à votre rythme et ne vous comparez pas aux autres.. Moi aussi par le passé je me disais : “Mon dieu, Alix a l’air super épanouie dans son travail et moi pas. Elle est plus douée que moi. Elle sait faire et pas moi…” Le résultat ? J’avais le moral dans les chaussettes. Sauf qu’avec le recul j’ai réalisé que les défis que la vie apporte à Alix pour la faire grandir sont ailleurs (améliorer ses relations humaines, etc.). Moi, mon défi était d’être plus épanoui professionnellement. Et maintenant que je l’ai relevé à mon rythme, je me rends compte que j’ai développé de nombreux talents que je peux mettre au service des autres.

Conclusion

J’espère vous avoir éclairé. Garder en tête que pour avoir plus de plaisir au travail, il suffit d’identifier le type de tâches qui vous fait vous sentir bien. Puis, réfléchir à comment faire plus souvent cela. Et, enfin, agir pour ce faire. Et surtout, surtout, avancez à votre rythme car, même s’il est plus lent que celui d’autres personnes, vous apprendrez davantage et vous intègrerez en profondeur vos nouvelles actions. Et le plaisir, est vraiment dans le fait d’apprendre et de grandir.

Jeff Carlotti du blog Ma carrière en main.

N’hésitez pas à laisser vos commentaires en-dessous de cet article en expliquant les freins qui nuisent à votre épanouissement professionnel.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 10
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *